close
Medical

Une nouvelle étude explique les fringales

Des changements cérébraux responsables des fringales (munchies) identifiés dans une nouvelle étude

À l’aide d’une étude sur les animaux, des chercheurs de la Washington State University ont identifié comment le cannabis déclenche une hormone (la ghréline) qui provoque la faim. Ils ont déterminé comment l’hormone intervient dans le cerveau lors des fringales (munchies).

Des changements cérébraux responsables des munchies (fringales)

Une nouvelle étude intitulée “Enquête sur les contrôles neuroendocriniens du comportement alimentaire induite par le cannabis,” a été récemment présentée au centre d’étude du comportement alimentaire à Bonita Springs, en Floride.

Les rats de laboratoire ont reçu des doses de vapeurs de cannabis. Les chercheurs ont mentionné une hormone spécifique, la ghréline , qui est libérée lorsque l’estomac est vide. Lorsque des rats de laboratoire furent exposés à des doses mesurées de cannabis, ils ont déclenché une «poussée de ghréline».

Ils ont également remarqué que le cannabis provoque des changements dans la petite région de l’hypothalamus responsable de la détection de la ghréline. Ensuite, les rats ont reçu un médicament pour empêcher la montée de ghréline, la faim s’est arrêtée.

La ghréline (Ghrelin) est une hormone digestive qui stimule l’appétit. En outre, son taux s’élève avant les repas et diminue à mesure que l’estomac se remplit.

De manière prévisible, le tétrahydrocannabinol (THC) reste la molécule la plus active induisant l’appétit. (Certaines études affirment que les souches à fort taux de cannabidiol (CBD) augmentent l’appétit.)

L’équipe espère clarifier le fonctionnement des «fringales». “Nous savons tous que l’usage de cannabis affecte l’appétit. Mais jusqu’à récemment nous comprenons peu comment et pourquoi.” Déclare Jon Davis, Ph.D. – Chercheur au Département de physiologie intégrative et neurosciences de l’État de Washington.

“En étudiant l’exposition à la matière végétale du cannabis, la forme la plus largement consommée, nous trouvons des événements génétiques et physiologiques dans le corps qui permettent au cannabis de changer le comportement alimentaire.”

Le cannabis traite les troubles alimentaires courants

Pendant des décennies, les gens ont utilisé du cannabis pour lutter contre l’anorexie induite par la maladie, ou le syndrome de dépérissement fréquent chez les personnes vivant avec le VIH / sida ou le cancer. En outre, d’autres recherches nous indiquent comment le cannabis pourrait être utilisé pour traiter les troubles alimentaires courants comme la boulimie ou l’anorexie. Ainsi les chercheurs espèrent que ces résultats ouvrent la voie à des traitements de cannabis. Notamment pour une thérapie contre la perte d’appétit physique et psychologique.

Ainsi, les résultats aident à clarifier ce que le cannabis fait pour le métabolisme du corps :

«Nous avons découvert que l’exposition au cannabis causait des petits repas plus fréquents», a déclaré Davis. “Mais il y a un délai avant qu’il ne prenne effet.”

Etudes sur le cannabis médical en neuroscience

Une nouvelle étude explique les fringales
5 (100%) 3 votes
Tags : ÉtudeNeuroscienceTHC
fr French?
X

Inscrivez-vous à la Newsletter

Retrouvez gratuitement toute l’actualité

copyright © Newsletter | BLOG-CANNABIS