close
Science

La vaporisation provoque plus d’effet sur l’organisme

Les scientifiques découvrent une différence importante entre fumer et vaporiser. Que représente les effets aigus du cannabis fumé et vaporisé chez les adultes en bonne santé?

Comment le cannabis fumé ou vaporisé influence-t-il fortement les effets subjectifs, les performances cognitives, psychomotrices et les mesures cardiovasculaires chez les adultes en bonne santé ?

Une étude publiée dans la JAMA supervisée par Ryan Vandrey, professeur agrégé de psychiatrie et de sciences du comportement à la Johns Hopkins School of Medicine, porte en fait sur l’administration de THC à l’aide de méthodes contrôlée. Les différentes façons dont le THC pénètre dans l’organisme produisent des effets sur des échelles de temps radicalement différentes.

L’expérience scientifique

Cette étude a été menée de juin 2016 à janvier 2017 sur 17 adultes en bonne santé. Six séances expérimentales ambulatoires fumées et vaporisées, avec 1 semaine de sevrage entre les séances, ont été réalisées en groupe et les doses de THC ont été répartie au hasard dans chaque groupe.

Les participants admissibles ont été jugés en bonne santé par un examen des antécédents médicaux, un électrocardiogramme, des analyses sanguines (hématologie et sérologie) et un examen physique. Les participants ont déclaré avoir déjà consommé du cannabis, mais ont nié avoir consommé du cannabis ou d’autres drogues illicites au cours du mois précédant leur participation. Des tests de toxicologie urinaire pour le cannabis, les amphétamines, les benzodiazépines, la cocaïne, la méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA), les opioïdes et la phencyclidine ont été effectués à l’aide de trousses rapides de dosage immunoenzymatique lors du dépistage et avant chaque séance expérimentale: les participants devaient fournir un résultat négatif pour toutes les drogues avant chaque séance. Cette étude a été approuvée par le comité d’examen institutionnel de Johns Hopkins Medicine et tous les participants ont donné leur consentement éclairé par écrit.

Le but de cette étude était de comparer la pharmacodynamique et la pharmacocinétique du cannabis fumé et vaporisé chez des adultes en bonne santé. Cette étude prolonge la recherche antérieure en examinant de multiples doses de THC par inhalation, en enrôlant des personnes dont les habitudes de consommation sont peu fréquentes (définies ici comme l’absence de consommation au cours des 30 derniers jours accompagnée d’un résultat négatif à un test toxicologique urinaire) et en incluant une batterie complète de tests pharmacodynamiques (c’est-à-dire, effets subjectifs des drogues, performance cognitive et psychomotrice, et signes vitaux).

Résultat sur différentes doses

Chaque participant a reçu soit zéro (placebo), dix ou 25 milligrammes de THC, puis a rapporté ses expériences de chaque dose dans chaque condition au cours de six essais différents.

Dans un essai croisé, l’inhalation de cannabis fumé et vaporisé, contenant 10 mg de Δ9-tétrahydrocannabinol a produit des effets discriminatoires et une altération modeste du fonctionnement cognitif, tandis que l’inhalation d’une dose de 25 mg de THC était associée à des effets prononcés, une incidence accrue des effets indésirables et des atteintes importantes des capacités cognitive et psychomotrice.

Le cannabis vaporisé a produit des effets pharmacodynamiques plus importants et des concentrations plus élevées de THC dans le sang que le cannabis fumé à doses égales. Cela signifie que des effets significatifs, parfois néfastes, peuvent se produire à des doses relativement faibles de THC chez les consommateurs de cannabis peu fréquents et que ces données devraient donc être prises en compte dans la réglementation des produits du cannabis vendus au détail et dans l’éducation des personnes qui commencent à consommer du cannabis.

Chez les fumeurs, les taux de THC dans le sang ont atteint un sommet d’environ 3,8 nanogrammes par millilitre de sang lorsqu’ils ont reçu 10 milligrammes de THC.

Les vaporisateurs, par contre, se sont retrouvés avec beaucoup plus de THC dans leur corps, atteignant 7,5 nanogrammes par millilitre de sang. Cette tendance s’est répétée lorsque les participants ont reçu des doses plus élevées : les vaporisateurs avaient 14,4 nanogrammes de THC par millilitre de sang, et les fumeurs seulement 10,2.

Conséquence

La vaporisation s’avère donc être un moyen plus efficace d’administration du THC dans le sang mais il a également changé l’expérience des participants de l’étude quant à la dose de THC. Cette preuve que les vaporisateurs ressentent différemment les effets du THC contredit les travaux antérieurs qui n’ont montré aucune différence significative entre les deux méthodes.

Les auteurs cette nouvelle étude soutiennent que cela est dû à leur conception expérimentale méticuleuse : Ils ont maintenu leur dosage de THC constant en calculant minutieusement le pourcentage de THC dans chaque lot d’herbe médicinale parrainées par le gouvernement fédéral.

Les résultats démontrent que la vaporisation est au moins une méthode plus efficace que le tabagisme pour l’administration du THC, affirme Nadia Solowij, psychologue de l’Université de Wollongong, dans son commentaire:

La vaporisation, évite la combustion, qui a tendance à brûler le THC et à produire des sous-produits nocifs, elle produit beaucoup moins de “fumée latérale”: cette même fumée qui ne se retrouvera pas dans les poumons de la personne vaporisant. C’est un système d’administration intrapulmonaire plus sûr que le tabagisme, car en chauffant plutôt qu’en brûlant la matière végétale, elle évite la formation de composés toxiques pyrolytiques, dont le monoxyde de carbone et les carcinogènes. Cependant, il y a peu de preuves solides provenant d’essais cliniques ou d’études épidémiologiques pour soutenir que c’est une option plus sûre ” poursuit Solowij.

L’équipe conclut que la vaporisation peut réduire l’exposition à certains contaminants qui proviennent de la combustion, ce qui est essentiellement le même argument qui est toujours en faveur des e-cigarettes. La question est de savoir si cela signifie que la vaporisation est réellement plus sûr reste toutefois en suspens.

Changement de politique

La politique et la réglementation du cannabis font l’objet d’une réforme radicale dans l’ensemble du monde développé. Au moment de la rédaction du présent rapport, l’usage médicinal du cannabis est approuvé dans 30 États américains et l’usage non médicinal est autorisé dans 9 États. De nombreux pays de l’Union européenne et d’autres pays ont également approuvé l’usage à des fins médicinales comme l’Australie et non médicinales comme l’Uruguay et le Canada. Parallèlement à ces changements de politique, les méfaits perçus associés à la consommation de cannabis ont diminué. Ces changements ont également donné naissance à un nouveau marché, ce qui a accru l’accès et stimulé le développement de nouveaux produits et formulations.

Historiquement, le cannabis a été principalement fumé à l’aide de divers instruments tels que des joints, des pipes et des bongs. Des vaporisateurs: analogues aux cigarettes électroniques, sont apparus et sont devenus une méthode de plus en plus populaire pour l’administration du cannabis, en particulier dans les États permettant l’usage non médicinal comme la Californie. Les vaporisateurs de cannabis vaporisent du cannabis séché à chaud ou des extraits et/ou résines de cannabis concentrés, créant une vapeur inhalable. La vaporisation est associée à une exposition moins toxique (par ex: d’hydrocarbures aromatiques polycycliques) que les méthodes traditionnelles de fumage ce qui augmente l’attrait du produit.

Conception expérimentale méticuleuse

Les questions visaient à évaluer dans quelle mesure les participants ressentaient les sentiments suivants : effets général: agréables ou désagréables, maladie, accélération cardiaque, anxiété et/ou nervosité ou paranoïa, détente, alerte, vigueur, motivation, agitation, affamé ou sans appétit, de la bouche sèche, des yeux secs, rouges et/ou irritables, irritation de la gorge et toux, difficultés dans les travaux de routine, perte de mémoire, états de fatigue, etc.

La plupart des études antérieurs comprenaient l’utilisation de doses uniques de THC, de concentrations relativement faibles (1,7 % – 6,9 %), de petites tailles d’échantillons et les procédures d’aspirations ne correspondaient pas aux profils naturels des consommateurs pouvant produire une variation dans la libération des doses. De plus, on n’a pas évalué systématiquement dans quelle mesure la déficience cognitive et psychomotrice diffère en fonction de la méthode d’inhalation du cannabis (c.-à-d., fumée ou vaporisée).

Compte tenu de la popularité croissante de la vaporisation et de l’accès accru au cannabis sur les marchés en expansion des médicaments et des produits non médicinaux, des études contrôlées comparant les effets aigus de l’administration de cannabis fumé et vaporisé chez les consommateurs sont essentielles et peuvent éclairer les directives posologiques.

Conclusion

Les vendeurs et les consommateurs devraient être conscients que l’inhalation de cannabis avec un vaporisateur pourrait produire des effets plus prononcés que les méthodes traditionnelles avec du tabac.

Dans le cadre de cette étude, les participants ont constaté une augmentation des effets subjectifs, des troubles cognitifs et psychomoteurs, des effets cardiovasculaires aigus et des concentrations de THC dans le sang après inhalation de cannabis fumé et vaporisé. Notamment, le cannabis vaporisé a produit des changements plus importants dans les résultats de l’étude que le cannabis fumé.

Les études futures devraient explorer plus avant les effets des vaporisateurs et d’autres nouvelles méthodes d’administration du cannabis chez les consommateurs ayant différents degrés d’expérience. Les profils pharmacocinétique et pharmacodynamique varieront probablement considérablement selon les produits et les consommateurs.

Pour trouver les meilleurs Vapos du moment cliquez ici

La vaporisation provoque plus d’effet sur l’organisme
5 (100%) 3 votes
Tags : Cigarette électroniqueJAMAVaporisation
fr French?
X

Inscrivez-vous à la Newsletter

Retrouvez gratuitement toute l’actualité

copyright © Newsletter | BLOG-CANNABIS