close
Science

QU’EST CE QUE LE SYSTÈME CANNABINOÏDE ENDOGÈNE

Blog-Cannabis

Le système endocannabinoïde et
l’effet d’entourage

En 1998, le pionnier de la science du cannabis, le Dr Raphael Mechoulam et son équipe ont introduit l’idée de l’effet entourage. Leur recherche a validé l’hypothèse selon laquelle différents cannabinoïdes agissent en synergie sur le système endo-cannabinoïde, améliorant ainsi leur activité.

Le terme effet d’entourage est souvent utilisé, mais est-ce que ça veut dire ? Et de quels cannabinoïdes spécifiques s’agit il ? Pour répondre à ces questions, nous avons rapporté l’expérience du Guru de la ganja, le célèbre Ed Rosenthal.

Si vous lisez ce blog, vous connaissez bien le THC. Et vous avez probablement entendu parler du CBD. Lorsqu’il est fumé seul, le CBD a des effets physiologiques positifs sur l’organisme. Il s’agit notamment de l’activation du système nerveux parasympathique et de l’induction de l’appétit. Combiné au THC, il réduit la paranoïa et l’anxiété normalement associées à la consommation de cannabis.

Ce qui est peut-être encore plus important que la contribution du Dr Mechoulam au terme ” effet d’entourage “, c’est sa découverte du système récepteur naturel du cannabis du corps humain – les cannabinoïdes du système comme le THC et le CBD agissent sur lui. Ce système physiologique est responsable du maintien de l’homéostasie dans tout le corps au niveau cellulaire.

D’autre part, il existe des cannabinoïdes manipulant simultanément trois mécanismes biologiques spécifiques :

  • Suppression de la production de sensibilisants et d’activateurs
  • Stabilisation des cellules nerveuses pour réduire les inflammations
  • Inhibition de la diffusion d’agents inflammatoires dans les cellules immunitaires voisines

Les trois “tâches” du SEC (système endo-cannabinoïde) ont la même fonction : réduire la douleur sur le site de la blessure.

Ce même acte ”d’équilibre biologique” a lieu à tous les niveaux du corps tout le temps : le système E-C travaille à maintenir l’homéostasie et ceci a des implications incroyables pour la médecine. Le cannabis continue à gagner du terrain comme médicament anti-douleur. Les cannabinoïdes ne se sentent pas seulement bien parce que votre corps les aime, ce sont des éléments fondamentaux de la santé humaine.

Faisons un petit tour rapide d’autres cannabinoïdes dont on parle moins.

ACIDE TÉTRAHYDROCANNABINOLIQUE (THCA) ET ACIDE CANNABIDIOLIQUE (CBDA)

Que signifie le “A” ?

Beaucoup de gens ne font pas la difference mais il faut savoir que même les
variété “à haute teneur en THC” cultivée ne produisent que très peu de delta-9-THC psychoactif, la grande majorité de ce qui est contenu dans les glandes résineuses est en fait du THCa, le précurseur chimique du THC. Il en va de même pour le CDB : Les souches de CBD élevées sont en fait très élevées en CBDa. Dans les deux cas, le “a” signifie acide – acide carboxylique en particulier, qui ne traverse pas facilement la barrière hémato-encéphalique en raison de sa structure atomique, qui est modifiée passivement par le processus de décarboxylation : le nom fait référence à l’élimination du “groupe carboxylique” COOH.

Bien que les gens désignent généralement la puissance totale mesurée d’une fleur ou d’un concentré (y compris les précurseurs acides) par le terme “teneur en cannabinoïdes”, ce sont les acides cannabinoïdes bruts qui dominent dans les bourgeons. Fumer, vaporiser ou, dans certains cas, extraire les bourgeons décarboxyle le THCA en delta-9-THC, le composé psychoactif, ou dans le cas du cannabidiol, transforme le CBDa en CBD.

à lire aussi  Guide du premier joint

Il existe plusieurs méthodes d’extraction et de post-extraction pour décarboxyler le cannabis, mais toutes font appel à la chaleur. Alors que l’extraction à froid traite et conserve les cannabinoïdes acides bruts. Les méthodes d’extraction qui utilisent des températures suffisamment élevées produisent des cannabinoïdes décarboxylés, neutres (plutôt qu’acides).

Un exemple simple, la différence entre un bud et un brownies : Si vous prenez un huitième de bourgeon très puissant et que vous le mangez, il y aura peu ou pas d’effets perceptibles. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’avantages : beaucoup de gens ne jurent que par consommer du cannabis brut pour améliorer leur santé et leur bien-être , une chose est sûre, cela ne vous fera certainement pas planer. C’est parce que la grande majorité des cannabinoïdes dans le bourgeons n’ont pas été décarboxylés, de sorte qu’ils restent dans leur état brut et non toxique.

Par contre, un brownie qui a été exposé à des températures supérieures au point de ”décarb” du THC, qui se situe autour de 100°C. Même si vous n’avez pas décarboxylé votre bourgeon avant de faire du beurre et de cuire au four, il est possible que vous ayez encore cuit à une température supérieure de sorte que la grande majorité des cannabinoïdes dans votre brownie sont du THC actif, ce qui signifie que si vous le mangez, vous savez ce qui arrive. La même règle s’applique au CBD, seul le point de décarboxylation est légèrement plus élevé : environ 135°C.

CBN

Le CBN a longtemps été considéré comme indésirable en forte concentration par la plupart des consommateurs et, par extension, par les cultivateurs. En effet, le CBN est produit par la dégradation du THC par l’exposition à l’oxygène (oxydation). Les niveaux de CBN augmentent naturellement à mesure que les plantes de cannabis mûres approchent de la récolte, parce que le même processus d’oxydation qui convertit le THCa en THC transforme également le THC en CBN.

Les niveaux de CBN augmentent également pendant la décarboxylation : l’exposition à la chaleur augmente le processus naturel de dégradation, ce qui signifie que le THCa est converti en delta-9-THC, qui est simultanément converti en CBN. Cet équilibre a longtemps été biaisé vers la maximisation des niveaux delta-9 et la minimisation de la concentration de CBN, mais la façon dont le public consomme évolue pour englober davantage de cannabinoïdes, les extraits CBN suscitent un intérêt faible mais croissant.

Traditionnellement, la plupart des expériences des consommateurs de cannabis avec le CBN proviennent de la consommation de vieux bourgeons qui ont converti la plupart de leur THC en CBN par oxydation progressive. Cette expérience est généralement caractérisée par l’effet le plus associé au CBN : la somnolence, ou induction du sommeil. Ceux qui recherchent les effets dont ils ont bénéficié il y a un an (sans parler du profil terpénique volatilisé depuis longtemps) seront déçus, mais ceux qui essaient juste d’obtenir une bonne nuit de sommeil apprécieront peut-être le CBN supplémentaire.

Comme pour tous les cannabinoïdes, le CBN peut être isolé par distillation fractionnée pour être utilisé dans des teintures ou consommé en extraction par dabbing. Il existe actuellement très peu de sources commerciales pour ces produits. Cela pourrait représenter une occasion d’aller de l’avant à mesure que la demande de cannabinoïdes au-delà du THC et de la CDB augmentera graduellement avec notre compréhension de leur contribution respective à l’effet d’entourage et de leurs impacts individuels.

à lire aussi  Le CBD lors d'un dépistage de stupéfiant

CBGA : LA MÈRE DE TOUS LES CANNABINOÏDES

Si vous n’avez jamais entendu parler du cannabigérol ou du CBG, vous n’êtes pas seul, de nombreux consommateurs de cannabis ignorent l’existence de ce cannabinoïde “mineur”, qui n’apparaît généralement qu’en infime concentration (1% ou moins) dans le cannabis recueilli. Cependant, sans ce précurseur cannabinoïde, il n’y aurait pas de THC ou de CBD.

Tout le THCa et le CBDa contenu dans les glandes résineuses de la plante de cannabis commence par le CBGa, qui est produit à l’interne et ensuite transformé par des enzymes en THCa, CBDa ou CBCa, un autre cannabinoïde qui apparaît dans les radars des chercheurs. Mais, comme pour tous les cannabinoïdes, nous apprenons que le CBG a ses propres effets distincts sur la physiologie humaine, notamment l’inhibition de la croissance des cellules cancéreuses et la réduction de la pression intraoculaire.

CBC

Le cannabichrome (CBC) est un cannabinoïde “non psychoactif”, en ce sens qu’il ne se lie pas facilement aux récepteurs cannabinoïdes CB1. Il semble cependant procurer des effets analgésiques et il a été démontré qu’il se lie aux récepteurs de la douleur. Les recherches sur ce cannabinoïde sont encore minces comparativement aux données volumineuses sur le CBD et le THC, mais il a été démontré qu’il a un effet unique sur l’anandamide, un endocannabinoïde associé à de nombreux effets thérapeutiques, du soulagement de la dépression à l’inhibition de la croissance cellulaire du cancer. Le CBC permet à l’anandamide de rester plus longtemps dans la circulation sanguine, ce qui augmente son impact cumulatif et accroît son efficacité. Cet effet a également été observé avec la CDB, mais les premières recherches suggèrent qu’il pourrait être encore plus prononcé avec la CBC.

PLUS DE RECHERCHE EST NÉCESSAIRE DANS L’ESPACE DU CANNABIS”

Toute discussion sur la médecine du cannabis et la science qui sous entend le fonctionnement du cannabis finit inévitablement par amener quelqu’un à dire cette phrase – le dernier sanctuaire rhétorique du statu quo sur le cannabis – “il faut plus de recherche“.

Et bien sûr, il y a une part de vérité là-dedans. Tout phénomène social et scientifique ayant autant de facettes et de fronts de développement que le cannabis exige sans aucun doute une entreprise monumentale de la part des chercheurs et des scientifiques pour mieux le comprendre. Cependant, cela ne tient pas compte de la montagne de recherches cliniques très légitimes déjà effectuées sur ce sujet, dont une grande partie provient d’Israël, qui a un environnement juridique moins restrictif lorsqu’il s’agit de recherche sur le cannabis.

Nous espérons sincèrement que la recherche sur le cannabis se poursuivra pour toujours, mais nous ne pouvons pas non plus laisser les défenseurs de la prohibition faire le lien entre le besoin sans fin d’en savoir plus et l’absence de données suffisantes pour faire avancer la décriminalisation.

Droit de reproduction : Ed Rosenthal

Tags : CannabinoïdesCBCCBGCBNRaphael MechoulamRechercheSystème endocannabinoïdeTHC