close
Santé

Une étude révèle que les vétérans optent pour la weed pour remplacer d’autres médicaments

Blog-Cannabis

Examen transversal du choix et du comportement des anciens combattants ayant accès au cannabis médicinal gratuit

Selon une nouvelle étude menée en Californie, la plupart des anciens combattants qui consomment du cannabis déclarent l’utiliser pour traiter des maladies physiques ou mentales au lieu de se tourner vers des médicaments sur ordonnance ou d’autres drogues, Face à la pression croissante du public pour accroître l’accès à la plante, les collectifs de cannabis gratuits se multiplient aux États-Unis. 

L’étude actuelle visait à documenter les formulations et les voies d’administration du cannabis choisies par les anciens combattants ayant un accès légal et déterminer si le cannabis remplaçait d’autres drogues licites et illicites

Des chercheurs du ministère des Anciens Combattants de la Harvard Medical School et de l’Université de Pennsylvanie ont collectés des données autodéclarées sur 93 anciens combattants.La méthode d’évaluation été basé sur les facteurs suivant :

  1. la consommation,
  2. la composition en cannabinoïdes,
  3. la principale indication d’utilisation
  4. les pratiques de substitution

Les résultats de la nouvelle recherche ont été publiés en mai dans l’American Journal of Drug and Alcohol Abuse et renforcent les preuves selon lesquelles les anciens combattants préfèrent le cannabis pour traiter toute une gamme de symptômes.

La plupart des anciens combattants (79%) ont déclaré avoir consommé des cannabinoïdes comme substitut à l’alcool, au tabac, aux médicaments d’ordonnance ou aux substances illicites et reconnaissent avoir consommé du cannabis pour traiter des symptômes de santé physique et mentale. La douleur chronique était le symptôme le plus souvent signalé, suivie de l’anxiété, du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) , de la dépression et de l’insomnie.

Selon les chercheurs, l’ancien combattant moyen interrogé consommerait du cannabis au moins quatre fois par jour. La plupart d’entre eux ont déclaré préférer fumer du cannabis plutôt que de consommer des produits comestibles ou de vaporiser, tandis que 16 % ont déclaré utiliser des ” cires ” très concentrées.

“Cette étude confirme ce que nous voyons sur le terrain depuis des années maintenant et ce depuis une dizaine d’années, à savoir que les anciens combattants ne trouvent pas seulement des avantages à consommer du cannabis à des fins médicales mais qu’ils l’utilisent aussi pour remplacer des médicaments qu’ils trouvent dangereux ou plus nocifs”, a déclaré Seth Smith, vice-président de la Santa Cruz Vétérans Alliance.

Près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré préférer le THC plutôt que le CBD.

En conclusion : étant donné que la consommation de cannabis n’est pas associée à un potentiel de dépendance ou à un risque de surdose par rapport à d’autres substances présentant un risque d’abus, ce résultat pourrait suggérer un impact positif de la réduction des obstacles à l’accès au cannabis médicinal chez les anciens combattants.

Source: Journal américain sur l’abus de drogues et d’alcool

Tags : Étudeplantes médicinalesRechercheSubstitution