close
Medical

Comment utiliser le cannabis pendant la chimiothérapie

Blog-Cannabis

Conseils d’un médecin: Comment utiliser le cannabis pendant une chimiothérapie

Dans la culture populaire, les termes “cannabis” et “traitement du cancer” vont souvent de pair. Cette idée est appuyée par la recherche scientifique moderne, un ensemble croissant de preuves appuie l’utilisation du cannabis pour le traitement du cancer et des symptômes connexes comme la douleur, la nausée et la perte d’appétit.

Malheureusement, le manque d’éducation sur le cannabis pour les médecins et le statut juridique du cannabis font que de nombreux oncologues hésitent à recommander le cannabis à leurs patients. Pour cette raison, les patients consomment souvent du cannabis sans en informer leur médecin.

Selon une enquête menée en 2018 auprès de patients atteints de cancer, un patient sur huit a déclaré consommer du cannabis pour traiter les symptômes du cancer. Dans la même étude, seulement 15% des patients étaient d’accord avec l’énoncé “Le cannabis interfère avec d’autres médicaments”.

Dr Joseph Rosado

C’est une idée fausse dangereuse. Selon le Dr Joseph Rosado, médecin, conférencier et auteur de Hope and Healing : le cannabis interagit avec chaque médicament qui est traité par le foie, y compris tous les médicaments de chimiothérapie. Il devrait savoir qu’à ce jour, le Dr Rosado a traité près de 400 patients atteints de cancer avec des médicaments à base de cannabis.

Apprendre davantage sur le cannabis et les interactions médicamenteuses en chimiothérapie

Comment le cannabis interagit-il avec les médicaments de chimiothérapie ?
Lorsque des cannabinoïdes comme le THC et le CBD sont consommés par voie orale, ils interagissent avec d’autres médicaments qui sont traités par les enzymes du cytochrome P450 (CYP) dans le foie. L’interaction entraîne une élévation, une chute ou une hausse, puis une chute des concentrations de l’autre médicament. Notre corps utilise des enzymes CYP pour métaboliser 60% des médicaments sur le marché aujourd’hui, y compris tous les médicaments de chimiothérapie et plusieurs médicaments anti-épileptiques, cardiaques et antifongiques (médicaments qui finissent par “azole”).

Structure of lanosterol 14 α-demethylase (CYP51).png
Structure du lanostérol 14 α-demethylase (CYP51)

Les médicaments de chimiothérapie sont cytotoxiques, ce qui signifie qu’ils sont toxiques pour toutes les cellules vivantes. Le but de la chimiothérapie est de tuer autant de cellules cancéreuses que possible tout en minimisant la mort des cellules saines. En raison de l’interaction CYP, les patients qui utilisent un médicament à base de cannabis en association avec une chimiothérapie courent le risque d’avoir une concentration de produits chimiques toxiques dans leur sang différente de celle prévue, ce qui fait du cannabis et de la chimiothérapie une combinaison potentiellement dangereuse.

Les patients en chimiothérapie peuvent-ils consommer du cannabis ?
La bonne nouvelle, selon le Dr Rosado, est que le cannabis peut être utilisé en toute sécurité en association avec un traitement de chimiothérapie. Les interactions dans le foie peuvent être facilement évitées en changeant la façon dont vous administrez votre médicament à base de cannabis.

Les interactions des enzymes CYP dans le foie se produisent surtout par voie orale (comprimés, aliments et teintures) et par voie sublinguale. “Le foie peut être contourné si le mode d’administration est modifié, par exemple par inhalation (vaping, tabagisme, inhalateurs), par timbres et crèmes topiques ou par voie intrarectale ou intra-vaginale (suppositoires, ovules) “, explique le Dr Rosado.

Parmi ces méthodes, le Dr Rosado recommande l’inhalation. “C’est une question d’absorption”, a-t-il dit. “Lorsque vous inhalez du cannabis, 100% du médicament est absorbé en trois à cinq minutes par un échange de gaz dans les poumons. Les cannabinoïdes se lient directement aux globules rouges et se retrouvent immédiatement dans le sang. Pour cette raison, les patients en ont plus pour leur argent avec l’inhalation.”

Selon le Dr Rosado, l’inhalation est encore plus sécuritaire lorsque les patients utilisent la forme acide (non activée) de cannabinoïdes comme le CBDA, qui ne semblent pas se métaboliser de la même façon que les cannabinoïdes non acides. Pour s’assurer que les cannabinoïdes ne sont pas activés, le Dr Rosado recommande aux patients de vaporiser les fleurs de cannabis à 131°F (55°C) ou moins.

Il recommande également la vaporisation plutôt que le tabagisme. Fumer du cannabis a des effets négatifs qui en font un mauvais choix pour un usage médicinal.

Qu’en est-il des patients qui ne peuvent pas inhaler du cannabis ?

Le Dr Rosado dit que les patients ne devraient jamais prendre du cannabis par voie orale ou sublinguale pendant les traitements de chimiothérapie. Pour éviter les interactions dangereuses, il ne faut pas consommer de cannabis comestible dans les 1,5 à 2 heures suivant le traitement. De plus, il recommande que les patients n’utilisent jamais de produits comestibles lorsqu’ils sont traités pour un cancer du foie. Le cancer du foie réduit considérablement la capacité du foie à métaboliser le cannabis, sans parler de la toxicité causée par la chimiothérapie.

Si un patient est incapable d’inhaler du cannabis, le Dr Rosado recommande un thé à basse température fait de bourgeons de cannabis.

Suivez cette recette pour faire un thé médicinal au cannabis :

  • Porter l’eau à ébullition, puis la retirer de l’élément chauffant.
  • Attendre que l’eau cesse de bouillir. L’eau bout à 100°C. La température de l’eau devrait être inférieure à 105 °C lorsque vous ajoutez les bourgeons, de sorte que les cannabinoïdes ne soient pas activés.
  • Placez les bourgeons de cannabis dans l’eau chaude, couvrez la casserole et laissez infuser pendant 20 minutes. Vous pouvez aussi infuser le thé dans une presse française.
  • Filtrez les bourgeons et votre thé est prêt à boire.

Quelle que soit la méthode que vous utilisez pour prendre du cannabis à des fins médicales, divulguez toujours toute automédication à votre oncologue. Certains cancers nécessitent une surveillance plus étroite de la consommation de cannabis. Par exemple, le THC pourrait avoir une incidence sur les taux d’œstrogènes (le jury est toujours en délibéré). Pour cette raison, les médecins accordent plus d’attention aux niveaux d’œstrogènes des patients qui ont des cancers hormono-producteurs (comme les cancers de l’ovaire, du sein, de la prostate et des testicules) et qui consomment du cannabis.

Source : Leafly

Rate this post
Tags : Cancer