close
Science

Fumer de la weed pourrait aider la fertilité masculine?

Blog-Cannabis

Résultats comparatifs de l’usage du cannabis et des traitements de fertilité

Les résultats d’une nouvelle étude ont surpris les chercheurs mais il faut savoir que les hommes qui fument de l’herbe ont plus de chances d’avoir un bébé avec leur partenaire que ceux qui n’en consomment pas, selon une nouvelle étude surprenante. Publié à l’origine sur Live Science.

L’étude, publiée le 14 août dans la revue Human Reproduction, portait sur plusieurs centaines de couples en traitement de la fertilité par fécondation in vitro (FIV). Les chercheurs ont constaté que les femmes sont susceptibles de faire plus de fausses couches que les femmes qui n’en consomment pas. En revanche, les couples dont le partenaire masculin consommait, avaient plus de chances d’avoir un enfant, comparativement aux couples dont le partenaire masculin ne consommait pas.

Fiv, Fertilité, Infertilité, Icsi, Ovule, Graine
Fécondation In Vitro

Quelle est le lien entre fumer du cannabis chez la femme et l’homme et les résultats d’une FIV?

Ce résultat était inattendu, selon les auteurs, de la Harvard T.H. Chan School of Public Health à Boston. Les chercheurs avaient émis l’hypothèse que fumer de l’herbe ne serait pas lié aux résultats de fertilité chez les hommes ou les femmes, comme cela a été le cas dans des études antérieures.

Mais le nouveau résultat concorde avec les conclusions d’une étude antérieure menée par le même groupe de chercheurs. Dans cette étude, les hommes qui ont déclaré avoir déjà fumé de la weed présentaient, en moyenne, un nombre de spermatozoïdes plus élevé que ceux qui n’avaient jamais consommé.

Néanmoins, les nouvelles découvertes ne signifient pas que les hommes devraient commencer à fumer pour augmenter leur fertilité. Seul un petit nombre de participants ont dit avoir fumé lors de leur traitement de fertilité, ce qui réduit la force des résultats. Tout au plus, ils suggèrent que le cannabis pourrait ne pas avoir d’effet nocif sur la fertilité des hommes, selon les auteurs. D’autre part, les chercheurs ne pensent pas que leurs conclusions devraient être considérées comme une preuve que l’herbe a un effet bénéfique pour les hommes qui suivent un traitement de fertilité.

Il y a un besoin urgent de ” recherches supplémentaires pour clarifier le rôle de la consommation sur la reproduction humaine et sur la santé de la progéniture “, ont conclu les auteurs.

Malgré l’usage croissant et la légalisation dans le monde, les scientifiques savent peu de choses sur l’impact du cannabis sur la fertilité. Et peu d’études ont porté à la fois sur les hommes et les femmes.

à lire aussi
Le premier restaurant végétalien et végétarien à base de CBD ouvre ses portes au Royaume-Uni

CONCEPTION, TAILLE ET DURÉE DE L’ÉTUDE

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de 200 couples qui ont suivi un traitement de fertilité au Massachusetts General Hospital entre 2005 et 2017. Les chercheurs ont également inclus des données provenant de 220 autres femmes qui ont suivi un traitement de fertilité, mais qui n’avaient pas de partenaire dans l’étude. L’étude a suivi 421 femmes qui ont subi 730 cycles de traitement antirétroviral en participant à une cohorte prospective (étude sur la santé reproductive) dans un centre de fertilité entre 2004 et 2017. Parmi elles, 200 femmes (368 cycles) faisaient partie d’un couple dans lequel le partenaire également inscrit à l’étude.

On a demandé aux participants s’ils consommaient actuellement, s’ils en avaient consommé dans le passé ou s’ils n’en avaient jamais consommé.

Dans l’ensemble, 44% des femmes et 61% des hommes de l’étude ont déclaré avoir fumé du cannabis à un moment donné de leur vie. Mais seulement 12 femmes (3%) et 23 hommes (12%) de l’étude ont déclaré consommer constamment.

Parmi le petit nombre de femmes qui ont déclaré fumer et être tombées enceintes pendant l’étude, plus de 50% ont connu une perte de grossesse, comparativement à seulement 26% des femmes qui avaient déjà consommé ou qui ne l’avaient jamais fait.

Ce résultat suggère que la consommation de weed chez les femmes “pourrait être liée à de plus mauvais résultats lors d’un traitement FIV” , selon les auteurs. Mais ils avertissent que puisque très peu de femmes dans l’étude consomment actuellement du cannabis, il est possible que cette découverte soit due au hasard.

Par contre, parmi les couples dont le partenaire masculin était un consommateur régulier, 48% ont fini par avoir une naissance vivante, comparativement à seulement 29% des couples dont le partenaire masculin était un ancien consommateur ou qui ne l’avaient jamais consommée. Le lien s’est maintenu même après que les chercheurs ont pris en compte certains facteurs qui pourraient influer sur la fertilité, notamment l’âge, l’origine ethnique, l’indice de masse corporelle (IMC), les antécédents de tabagisme, la consommation de café, la consommation d’alcool et de cocaïne des participants.

à lire aussi
La couleur pourpre de la weed

De plus en plus de patients s’interrogent sur les effets du cannabis sur la reproduction, mais les médecins ont eu peu d’études à partager lorsqu’ils doivent conseillés leurs patients.

“Au moins une fois par semaine, j’ai des patients qui m’interrogent sur les effets de la weed sur la fertilité masculine “, dit le Dr Neel Parekh, urologue spécialisé dans la fertilité masculine et la santé des hommes à la Glickman Urological & Kidney Institute de la Cleveland Clinic. “Il n’y a pas encore de grande réponse que nous puissions leur donner.”

En ce sens, la nouvelle étude est “un pas dans la bonne direction“, a déclaré M. Parekh à Live Science.

Cependant, la nouvelle étude ne suffit pas à elle seule pour que les médecins recommandent aux hommes de fumer avant un traitement de fertilité.

Parekh a noté qu’avec seulement 23 hommes dans l’étude qui ont fait état de leur consommation actuelle, ” il est difficile d’affirmer que la weed va améliorer les taux de succès ” avec les traitements de fertilité. Mais Parekh est d’accord avec les auteurs que, plutôt que de montrer un avantage en soi, l’étude suggère que fumer du cannabis peut ne pas nuire aux chances de succès du traitement de fertilité lorsque le partenaire masculin l’utilise.

Les auteurs de l’étude notent que leur travail comprenait des couples sous traitement de fertilité et que les résultats peuvent donc ne pas s’appliquer aux couples qui essaient de concevoir sans assistance médicale. En effet, Parekh a noté que certaines formes de FIV n’utilisent qu’un seul spermatozoïde pour féconder un ovule et qu’avec ces traitements, le nombre de spermatozoïdes d’un homme n’est généralement pas un problème important. Mais lorsque les couples essaient de concevoir naturellement, la numération des spermatozoïdes est plus importante.

De plus, la nouvelle étude ne portait que sur le tabagisme : sur le fait de fumer de l’herbe et non sur d’autres formes de consommation.

Des études plus approfondies sont maintenant nécessaires pour examiner cette question, a dit M. Parekh et il s’attend à ce que d’autres recherches soient menées dans ce domaine au cours des prochaines années.

Sur le même sujet :

Altération du sperme chez les consommateurs réguliers

Amélioration de la qualité du sperme

Les cannabinoides sont des ingrédients de la fertilité

Tags : FertilitéSexualitéWeed