close
Science

Un alcootest capable de mesurer la quantité de THC dans la respiration

PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / DARRYL DYCK
Blog-Cannabis

Apres le sang, l’urine ou les cheveux, c’est avec l’haleine du consommateur que l’on dépistera le cannabis

Une équipe a mis au point un alcootest capable de mesurer la quantité de tétrahydrocannabinol (THC) dans la respiration de l’utilisateur. L’alcootest a été développé à l’aide de nanotubes de carbone, de minuscules tubes de carbone 100 000 fois plus petits qu’un cheveu humain. Les capteurs nanotechnologiques peuvent détecter le THC à des niveaux comparables ou supérieurs à ceux de la spectrométrie de masse, considérée comme la référence en matière de détection du THC.

Comme la légalisation récréative devient de plus en plus répandue dans l’ensemble des États-Unis, on s’inquiète aussi de ce que cela signifie pour l’application des lois sur la conduite en état d’ivresse. Contrairement à l’ivressomètre ”alcootest” utilisé pour détecter la présence d’alcool, la police n’a pas d’appareil qui peut être utilisé sur le terrain pour déterminer si un conducteur est sous l’influence de cannabis. De nouvelles recherches de l’Université de Pittsburgh sont sur le point de changer cela.

Une équipe interdisciplinaire du Département de chimie et de la Swanson School of Engineering a mis au point un alcootest qui permet de mesurer la quantité de tétrahydrocannabinol (THC), le composé psychoactif, dans l’haleine du consommateur. Les méthodes actuelles de dépistage des drogues reposent sur des échantillons de sang, d’urine ou de cheveux et ne peuvent donc pas être effectuées sur le terrain. Ils révèlent également que l’utilisateur a récemment inhalé la drogue et non qu’il est actuellement sous l’influence de l’alcool.

L’éthylotest a été développé à l’aide de nanotubes de carbone, de minuscules tubes de carbone 100 000 fois plus petits qu’un cheveu humain. La molécule de THC, avec d’autres molécules dans l’haleine, se lie à la surface des nanotubes et modifie leurs propriétés électriques. La vitesse à laquelle les courants électriques se rétablissent indique alors si du THC est présent. Les capteurs nanotechnologiques peuvent détecter le THC à des niveaux comparables ou supérieurs à ceux de la spectrométrie de masse, qui est considérée comme la référence en matière de détection du THC.

à lire aussi
Test salivaire et permis de conduire

Leurs recherches ont eu lieu sous la surveillance et avec la permission de la US Drug Enforcement Agency.

“Les nanotubes de carbone semi-conducteurs que nous utilisons n’étaient pas disponibles il y a encore quelques années “, explique Sean Hwang, auteur principal de la recherche et candidat au doctorat en chimie à Pitt. Nous avons utilisé l’apprentissage machine pour ” enseigner ” l’éthylotest à reconnaître la présence de THC en fonction du temps de récupération des courants électriques, même lorsqu’il y a d’autres substances, comme l’alcool, présentes dans la respiration.

Hwang travaille au Star Lab, dirigé par Alexander Star, PhD, professeur de chimie avec une nomination secondaire en bio-ingénierie. Le groupe s’est associé à Ervin Sejdic, PhD, professeur agrégé de génie électrique et informatique à la Swanson School of Engineering, pour développer le prototype.

“La création d’un prototype qui fonctionne sur le terrain a été une étape cruciale dans l’application de cette technologie “, explique le Dr Sejdic. “Il a fallu une équipe interdisciplinaire pour transformer cette idée en un dispositif utilisable et vital pour la sécurité routière.”

L’équipe a mis trois ans à développer un modèle portable de l’appareil qui pourrait être utilisé sur le terrain.

1597069_web1_StarSejdic-marijuana-alcootest-082819
Les professeurs Alexander Star et Ervin Sedjic de Pitt présente le cannatest

Le prototype ressemble à un alcootest pour l’alcool, avec un boîtier en plastique, un embout buccal saillant et un affichage numérique. Il a été testé en laboratoire et s’est révélé capable de détecter le THC dans un échantillon d’haleine qui contenait également des composants comme le dioxyde de carbone, l’eau, l’éthanol, le méthanol et l’acétone. Les chercheurs continueront de mettre à l’essai le prototype, mais ils espèrent qu’il sera bientôt mis en fabrication et prêt à être utilisé.

à lire aussi
Conduite Cannabique, quels sont les vrais dangers?

Dans les états légaux, vous verrez des panneaux routiers qui disent ” Si vous êtes high conduisez prudemment “, mais il n’y a pas eu de moyen fiable et pratique d’appliquer cela “, dit le Dr Star.

“Il y a des débats dans la communauté juridique sur les niveaux de THC qui équivaudraient à une conduite en état d’ébriété. La création d’un tel dispositif est un premier pas important pour s’assurer un véritable dépistage du THC “.

Bien que les organismes d’application de la loi puissent s’appuyer sur des années de recherche pour documenter les taux d’alcoolémie en cas de conduite avec facultés affaiblies, il existe peu de recherches de ce genre sur le THC.

Dans un rapport présenté au Congrès en 2017, la National Highway Traffic Safety Administration a reconnu qu’elle ne dispose que de peu de données de recherche sur les conducteurs avec les facultés affaiblies par le cannabis et du niveau auquel l’affaiblissement commence. Star a dit qu’il permettra aux chercheurs de commencer à travailler pour déterminer quand et à quel niveau de THC commence l’altération.

Cela dépend probablement aussi de la cadence de consommation et de la taille de la personne. La présence de THC dans l’haleine ne signifie pas que la personne peut être affaiblie “, dit Star. “Nous essaierons de mesurer cela dans de futures recherches.

Tags : AlcoolconduiteDepistageTesttest salivairetest sanguintest urinaire