close
Medical

Les consommateurs de cannabis sont moins sensibles aux infections nosocomiales

Blog-Cannabis

Recherche: les consommateurs de cannabis ont 80% de probabilités en moins de contracter le clostridium difficile

Une nouvelle étude de l’École de médecine de l’Université du Massachusetts a examiné la relation entre la consommation de cannabis et la probabilité de contracter le clostridium difficile pendant l’hospitalisation. Les chercheurs ont examiné les données d’hospitalisation d’environ 60000 patients, dont la moitié étaient des utilisateurs de cannabis (selon le dossier médical) , ils ont ensuite examiné si l’utilisation de cannabis avait une incidence sur les risques d’infection.

Le clostridium (ou clostridioide) difficile est une bactérie contractée dans les hôpitaux entraînant des diarrhées pouvant provoquer la mort. 500000 infections on été relevé en 2011 au USA, dont 29000 patients sont décédés dans les 30 jour à partir du moment où le diagnostic a été posé.

Une réduction importante des risques d’infections nosocomiales avec le cannabis

L’étude publiée a pris en compte d’autres variables pouvant influer le risque d’infection, telles que l’âge des patients et a veillé à ce que les deux groupes, fumeurs et non-fumeurs, soient aussi identiques que possible dans ces variables, de sorte qu’il n’existe aucune autre explication de l’écart entre les deux échantillons de population.

à lire aussi
Le cannabis lié à la perte de poids

Lors des admissions à l’hôpital sur 59824 patients , il existait une corrélation significative entre la consommation de cannabis et un taux réduit de développer le clostridium difficile pendant la durée de l’hospitalisation. Selon les données, les consommateurs de cannabis, sont infecté dans 4555 cas sur 100000 hospitalisation, par rapport à 6344 sur 100000 chez les non-consommateurs, soit une réduction de 28% du risque d’infection.

En outre, il a été constaté que le risque d’infection diminue encore davantage chez les consommateurs de cannabis défini dans leur dossier médical comme dépendant, c’est-à-dire des consommateurs quotidiens. Ces consommateurs chroniques présentaient un risque réduit de contracter une infection bactérienne inférieure de 80% pendant leur hospitalisation par rapport à ceux qui ne consommaient pas de cannabis du tout. Le groupe défini comme consommateurs de cannabis non dépendants présentait un risque réduit de 23% par rapport aux non-fumeurs.

Aucune explication n’a été fourni pouvant expliquer ce fait. La première hypothèse se concentre sur la présence de CBD, connu comme étant une molécule efficace contre les bactéries et leurs toxines.

Tags : consommateursÉtude