close
Medical

Le cannabidiol peut soulager les convulsions épileptiques et régulariser les rythmes cérébraux du syndrome d’Angelman

Blog-Cannabis

Des chercheurs de l’école de médecine de l’Université de Caroline du Nord (UNC) démontrent qu’il peut soulager les crises et régulariser les rythmes cérébraux dans le syndrome Angelman, une maladie neurologique rare.

Publiée dans le Journal of Clinical Investigation, la recherche menée à l’aide de modèles sur les animaux du syndrome Angelman, montre que le CBD pourrait aider les patients atteints de cette maladie grave, qui se caractérise par une déficience intellectuelle, un manque de capacité à l’expression verbale, un dysfonctionnement du rythme cérébral et une épilepsie sévère souvent résistante aux médicaments. Le cannabidiol (CBD), est couramment utilisé pour traiter l’anxiété, les troubles du sommeil, la douleur et de nombreux autres troubles neurologiques.

“Il y a un besoin non-satisfait de meilleurs traitements pour les enfants atteints du syndrome Angelman afin de les aider à vivre une vie plus épanouie et d’aider leur famille et les assistants de vie. Nos résultats montrent que la CDB pourrait aider la communauté médicale à répondre à ce besoin en toute sécurité.”
Ben Philpot, PhD, Kenan Professeur émérite de biologie cellulaire et de physiologie et directeur associé de l’UNC Neuroscience Center

Le CBD, qui est un constituant phytocannabinoïde majeur du cannabis, a déjà montré des effets anti-épileptiques, anti-anxiété et antipsychotiques. Et en 2018, la FDA a approuvé le CBD pour le traitement des crises associées à deux formes rares d’épilepsie, mais on sait peu de choses sur les effets potentiels anti-épileptiques et comportementaux du CBD sur les symptômes du syndrome d’Angelman.

Résultat de recherche d'images pour "syndrome d'Angelman"
D’abord intitulée « Syndrome de la Marionnette Joyeuse » en raison de la gaieté excessive, cette maladie porte le nom de son découvreur, le Dr. Harry Angelman

Le laboratoire Philpot est un précurseur dans la création de modèles de souris génétiquement modifiés atteints de troubles neurodéveloppementaux, et ils utilisent ces modèles pour identifier de nouveaux traitements pour diverses maladies, comme les syndromes de Rett, Pitt-Hopkins et Angelman.

à lire aussi
Un QI plus élevé chez les fumeuses

Dans le cadre d’expériences dirigées par le Dr. Bin Gu, PhD, les chercheurs de l’UNC-Chapel Hill ont systématiquement testé les effets bénéfiques du CDB sur les crises, les déficits moteurs et les anomalies d’activité cérébrale. Ces données ont mesurées par un électro-encéphalogramme chez des souris modèles génétiquement du syndrome Angelman, dans l’espoir que ces informations puissent guider une potentielle utilisation clinique.

Les chercheurs ont constaté qu’une seule prise de CBD diminuait considérablement la gravité des crises chez la souris lorsque les crises étaient déclenchées expérimentalement par une température corporelle élevée ou des sons forts. Une dose typique d’anticonvulsivant de CBD (100 mg/kg) a causé une légère sédation chez la souris, mais a eu peu d’effet sur la coordination ou l’équilibre moteur. Le CBD a également rétabli les rythmes cérébraux normaux qui sont communément altérés dans le syndrome d’Angelman.

“Nous sommes convaincus que notre étude fournit le cadre préclinique nécessaire pour mieux orienter le développement rationnel de la CBD en tant que thérapie visant à réduire les crises associées au syndrome d’Angelman et à d’autres troubles neurodéveloppementaux “, a déclaré le Dr Bin Gu.

Philpot et Gu ont indiqué que les patients et les familles devraient toujours demander conseil à leur médecin avant de prendre tout produit à base de CBD, et qu’un essai clinique chez l’homme est nécessaire pour comprendre pleinement son efficacité et sa sécurité.

Tags : épilepsieHuile de CBDmaladieNeuroscienceRechercheSyndromeTraitement