close
Science

Le Dr Mechoulam dévoile des cannabinoïdes synthétiques à usage clinique

Blog-Cannabis

Le Professeur Raphael Mechoulam, 88 ans, à qui l’on doit la première synthèse du THC a affirmé durant le CannMed 2019 à Pasadena, Californie, sa volonté de créer des cannabinoïdes synthétiques stables

Le Dr Mechoulam travaille sur les cannabinoïdes synthétiques. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à une toute nouvelle gamme de produits à base de cannabinoïdes capables de traiter un certain nombre de problèmes médicaux, de l’arthrite aux maladies inflammatoires intestinales.

Trouver une formule permettant d’obtenir des acides synthétiques et stables

“Nous avons pris les molécules d’acide instables de la plante de cannabis et les avons synthétisées pour fournir une base stable et cohérente à la recherche de nouvelles thérapies pour un large éventail de besoins médicaux”, a expliqué Mechoulam lors de sa présentation à la conférence.

Cette molécule d’acide instable est l’acide CBD (CBDA), un précurseur naturel du CBD plus connu. Pourtant, malgré son statut inférieur, le CBDA est mille fois plus puissant que le CBD pour se lier à un récepteur de sérotonine particulier que l’on croit responsable du soulagement des nausées et de l’anxiété.

C’est cet important potentiel médical qui a poussé Mechoulam et son équipe à stabiliser éventuellement le CBDA par l’ajout d’un ester méthylique, ce qui en fait ” un médicament potentiel pour traiter certaines nausées et certains troubles anxieux “.

à lire aussi
La société de l'arthrite investit dans la fibromyalgie

“Il s’agit d’une recherche passionnante et sans précédent “, a déclaré M. Mechoulam dans un communiqué de presse. “Nous avons pris les molécules instables de la plante de cannabis et les avons synthétisées pour fournir une base stable et cohérente à la recherche de nouvelles thérapies pour un large éventail de besoins médicaux – des troubles du SNC à l’inflammation et bien plus encore.

“De plus, nous avons fourni plusieurs mécanismes d’administration, y compris des comprimés, des applications topiques et bien d’autres pour faciliter plusieurs approches. Notre travail est un catalyseur pour le développement de nouvelles thérapies potentielles à partir d’une source longtemps considérée comme ayant un énorme potentiel.”

Des laboratoires à la mise en vente

En collaboration avec l’équipe de Mechoulam, la découverte de l’ester méthylique CBDA a été faite avec l’aide de plusieurs universités en Israël, au Canada et aux États-Unis, d’un fabricant de crème topique, d’un laboratoire d’essais et de la jeune entreprise EPM.

Afin d’investir davantage dans la molécule, cette dernière a lancé la semaine dernière son portefeuille de propriété intellectuelle auprès de l’industrie des soins de santé en vue d’éventuels partenariats de licence.

“Ceci marque le début d’une nouvelle ère dans la recherche médicale avec l’introduction par EPM de la première plateforme de licence innovante au monde pour l’utilisation de nos molécules de cannabinoïdes à base d’acide totalement stables “, a déclaré Reshef Swisa, directeur général d’EPM, dans un communiqué de presse. “Le travail de notre équipe de recherche de niveau international nous a permis de faire le pont entre la promesse d’utilisations thérapeutiques du cannabis et la capacité des compagnies pharmaceutiques à utiliser des molécules stables et cohérentes que les chercheurs peuvent utiliser pour découvrir potentiellement de nouveaux médicaments.”

à lire aussi
6 plantes contenant des cannabinoïdes thérapeutiques autre que le cannabis

La société espère que les premières applications du nouveau composé entreront en phase 1 des essais de la FDA (l’autorité américaine en charge de valider les médicaments) dans six à douze mois. Pourtant, comme le délai moyen d’approbation d’un médicament par la FDA est de 12 ans, il peut s’écouler un certain temps avant que les cliniciens puissent tester par eux-mêmes les avantages du composé de Mechoulam.

Exhortant la communauté scientifique à soutenir davantage la recherche médicale sur le cannabis lors de son discours à la conférence, M. Mechoulam a déploré le temps de recherche déjà perdu et les patients qui ont manqué des traitements à base de cannabis pour des maladies comme l’épilepsie.

“Faut-il attendre 30 ans ? Non, dit-il. “Nous aurions pu aider des milliers d’enfants, et nous ne l’avons pas fait.”

Tags : Cannabinoïdes