close
Science

Les cannabinoïdes en médecine vétérinaire

Blog-Cannabis

L’utilisation de cannabinoïdes est un sujet charriant un ensemble de rumeurs. Le Dr Dawn Boothe explique ce que signifie cette tendance pour la médecine vétérinaire.

Les autorités ont une relation complexe avec les cannabinoïdes. Les variétés très différentes, les noms multiples (chanvre, marijuana, cannabis, etc.) et les questions de sécurité ont mené à la confusion et à un réexamen de la valeur de cette plante .

Le Dr Dawn Boothe, vétérinaire en médecine interne et en pharmacologie à l’Université Auburn, est heureuse d’explorer les possibilités d’utilisation des cannabinoïdes pour améliorer la gestion de la douleur et la qualité de vie des patients vétérinaires. Dans le cadre d’une Coupe rapide des connaissances, la Dre Boothe discute avec la Dre Natalie Marks de ce que nous savons et de ce qui est fait pour en apprendre davantage.

Que sont les cannabinoïdes?

Parmi les divers produits à base de cannabinoïdes disponibles, ceux qu’un vétérinaire prescrit aux patients sont du chanvre industriel et non du cannabis.

Selon le Dr Boothe, il est juste de parler dru cannabis et du chanvre industriel comme de deux produits différents. Légalement défini, le chanvre industriel contient 0.3% ou moins de THC, qui est le composant psychoactif de la plante. Les produits à base de cannabis sont moins fiables lorsqu’il s’agit de connaître les niveaux de substances comme le THC et le CBD, ce qui entraîne des effets secondaires imprévus.

Quelles études ont été réalisées en médecine vétérinaire ?

Bien qu’il existe de nombreuses études sur les effets des cannabinoïdes chez l’homme, le nombre d’études réalisées sur les cannabinoïdes en médecine vétérinaire est limité. Bien que nous soyons en mesure d’extrapoler certains aspects des essais cliniques chez l’humain en ce qui concerne la gestion de la douleur, l’anxiété et le traitement du cancer, nous avons encore beaucoup à savoir.

à lire aussi
Les principaux cannabinoïdes

L’une des raisons du manque d’essais cliniques en médecine vétérinaire, dit le Dr Boothe, est le fait que la DEA a nommé le CBD, l’un des cannabinoïdes les plus populaires, une substance de l’annexe 1. C’est là que la définition du chanvre industriel permet une ouverture. Les produits dérivés du chanvre industriel ne sont pas des substances de l’annexe 1 et seront plus faciles à utiliser et à prescrire pour les professionnels vétérinaires.

Une étude récente de l’Université Cornell a démontré l’efficacité des produits à base de CBD dans le traitement de l’arthrose. Dans l’État du Colorado, on a étudié l’utilisation du CBD pour traiter les chiens épileptiques. Et à Auburn, où le Dr Boothe travaille, ils prévoient réaliser une étude sur la qualité de vie des chiens. Cette étude validée permettra de suivre les cannabinoïdes chez les chiens souffrant de maladies chroniques pendant 4 à 6 mois.

Ainsi, les essais cliniques portant sur les cannabinoïdes dans le domaine vétérinaire sont rares. Un élément clé de ces études cliniques consistera à s’assurer que les produits testés dans le cadre des essais cliniques sont les mêmes que ceux utilisés en pratique, car ces produits sont extrêmement variables.

Peut-on en donner à ses animaux domestiques ?

Il est important de noter que ce n’est pas parce que le cannais est maintenant légale aux États-Unis à des fins récréatives ou médicinales qu’il est légal de l’utiliser pour les patients des vétérinaires.

à lire aussi
Des métabolites d’acides gras oméga-3 similaires aux cannabinoïdes pourraient combattre le cancer

Cela dit, les clients demandent souvent s’ils peuvent donner des produits à base de CBD à leurs animaux de compagnie souffrant de douleurs chroniques. Selon le Dr Boothe, bien qu’aucun produit sur le marché ne soit (encore) légal, les clients peuvent probablement le donner à leurs animaux domestiques.

Toutefois, en raison de la variabilité de ces produits et de l’absence de réglementation, les clients doivent comprendre qu’ils n’ont pas confiance dans la quantité de CBD ou d’autres composants contenus dans le produit. En fait, la dose est probablement trop faible, dit le Dr Boothe.

Par exemple, les “gummy bears” à base de CDB contiennent 5 mg par bonbon. Le médicament récemment approuvé aux États-Unis, l’Epidiolex, contient une dose initiale de 2 mg/kg et peut aller jusqu’à 25 mg/kg, deux fois par jour. Donc, cette gélatine de 5 mg peut être bénéfique pour un Yorkshire, mais ce serait une autre histoire pour un Labrador.

Lorsque l’on discute d’une substance au potentiel excitant et aux nombreuses inconnues, il faut être prudent. Rappelez-vous que les cannabinoïdes manipulent un système physiologique très intégré dans le corps, et c’est quelque chose dont il faut être conscient.

Le Dr Boothe recommande la prudence en raison du peu de connaissances que nous avons encore sur ces produits, mais elle est optimiste quant au bien que cette plante peut potentiellement faire pour les patients du monde entier.

Source : www.wvc.org

Tags : AnimalCannabinoïdes