close
Légalisation

Procès contre une grand-mère militante du cannabis en Espagne

Blog-Cannabis

Plus de 70 organisations soutiennent la “Marche verte” contre le procès de “Grand-mère Marijuana”

Les militants du mouvement du cannabis sont partis dans des bus de différentes parties de l’Espagne pour se concentrer ce mercredi au cours de l’audience orale à Malaga pour le plus ancien défenseur de la régularisation du cannabis.


Plus de 70 organisations militant pour le cannabis à travers l’Espagne ont soutenu la Marche verte qui a été lancée dans différentes parties du pays pour soutenir Fernanda de la Figuera, 76 ans, la plus ancienne militante pour la légalisation du cannabis, qui sera jugée mercredi dans la ville de Malaga. Lors d’une audience, le Bureau du Procureur général a demandé quatre ans de prison pour culture du cannabis.

Les organisateurs de la campagne de soutien à Fernanda de la Figuera, menée par le Groupe d’action pour la légalisation du cannabis en Espagne (GALCE), espèrent que cette mobilisation sans précédent pour soutenir une personne jugée pour avoir cultivé du cannabis pour son propre usage est un “tournant dans la lutte pour les droits des consommateurs”. Son président, Paco Mascaraque, qui a lancé la mouvement de solidarité avec l’activiste, est clair : “La situation juridique du cannabis en Espagne, après presque un siècle d’interdiction, est un échec et il est urgent de passer à des politiques réglementaires qui nous protègent, nous les usagers, afin que nous cessions d’être punis pour avoir consommé ou cultivé une plante qui a été utilisée depuis l’antiquité.”

La Marche Verte est partie de Barcelone et Santander en bus et s’est arrêtée à Valladolid, Madrid et Alicante pour transférer les personnes qui veulent exprimer leur soutien demain lors d’un rassemblement silencieux devant la Ville de Justice de Malaga lors de la reprise d’une audience orale qui a été suspendu en avril dernier faute de documents jugés essentiels pour la conduite du procès. “L’appel a été un succès”, souligne Mascaraque, qui souligne que jamais auparavant il n’avait organisé en Espagne une mobilisation de cette ampleur pour soutenir une personne poursuivie pour des causes telles que celle qui peut mener à la prison Fernanda de la Figuera, la grand-mère de la marijuana.

à lire aussi
Le Maroc interdit la culture du kif

Le procès intenté contre cette activiste poursuivie pour des faits survenus il y a cinq ans, en 2014, lorsque la Guardia Civil est intervenue dans un verger cultivant la plante pour une association de femmes ayant un usage essentiellement thérapeutique et médical.

“Je suis un activiste et je ne fais pas d’affaires avec le cannabis. Le cannabis est un plaisir et sert aussi à guérir les maladies, et ce que je fais, c’est le partager avec mes amis. Rien de plus. Je n’ai jamais été impliqué dans un trafic. Je suis une militante de l’auto-culture, parce que je considère que c’est la meilleure façon de consommer et de savoir ce que l’on consomme”, a déclaré Fernanda de la Figuera à la veille du procès qui a été suspendu en avril et qui reprend demain.

Augmentation des saisies de plantes

Les dernières statistique du Ministère de l’intérieur, de 2018, montre que les saisies de plantes de cannabis en Espagne ont augmenté de 263 % au cours des cinq dernières années, bien que l’année dernière elles aient diminué de 13 % par rapport à 2017 et qu’un peu plus de 918 000 ont été saisies, allant de petites cultures pour une auto-consommation aux grandes plantations issues du trafic. Dans le même temps, selon le propre rapport du Gouvernement, les sanctions pour usage ou possession de drogues dans les lieux publics ont augmenté de 12 %, ce qui constitue une infraction grave incluse dans la loi sur la protection de la sécurité publique, communément appelée loi Gag, qui est largement appliquée pour l’usage du cannabis.

à lire aussi
La Géorgie est sur le point de légaliser à des fins médicales

Dans ce contexte, les organisateurs de la Marche Verte exigent que le prochain gouvernement espagnol “prenne les mesures nécessaires pour la légalisation totale de l’usage, de la possession, de la culture, du transport et de la distribution du cannabis “, ce qui, selon eux, “mettrait fin à des injustices comme le fait que des licences soient accordées à des sociétés multinationales pour la culture du cannabis dans notre pays tout en persécutant ceux qui le font, mais pour leurs propres intérêts”.

Parmi ceux qui soutiennent cette marche de solidarité avec Fernanda de la Figuera figure le Círculo Sectorial Cannábico de Podemos, dont le groupe au parlement est venu élaborer à la fin de la dernière législature un projet de loi pour la légalisation du cannabis en Espagne, tant dans son usage récréatif que thérapeutique, une mesure qui, à leur avis, améliorerait la lutte contre la criminalité liée au trafic de drogue, la santé des patients utilisant cette plante pour atténuer leurs souffrances et la sécurité des consommateurs qui en font usage.

Des représentants de l’Université, des lettres, du mouvement associatif et de la loi ont déjà exprimé leur rejet absolu du procès de Fernanda de la Figuera dans des déclarations publiques et ont demandé le classement de l’affaire, qu’ils considèrent comme “une barbarie”, une “honte” et un “non-sens”.

Fernanda de la Figuera a fondé l’Association Ramón Santos pour l’étude du cannabis en Andalousie (ARSECA) en 1996, organisé la Bella Flor à Cordoue en 1998, les premiers jours en Espagne pour la dégustation, la rencontre et la formation au cannabis, et créé MaríasxMaría à Malaga, entité qui a fourni elle-même la culture à l’origine des essais auxquels elle est actuellement soumise. En 1995 et 2010, elle avait déjà été poursuivie dans deux autres affaires pour les mêmes raisons et elle a été acquittée dans les deux cas.

Source: https://www.publico.es/

Tags : EspagneLoipoliceProhibition