close
Science

Les cannabinoïdes rééquilibrent la chimie du cerveau chez les dépressifs

Blog-Cannabis

Les personnes souffrants de dépressions estiment que le cannabis n’aggrave pas leur état

Près du tiers des participants souffrant de dépression ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des 30 derniers jours.

Une perception plus faible du lien entre dépression et cannabis chez les dépressifs

L’étude, qui portait sur 728 691 personnes de 12 ans et plus, a révélé que l’usage auto déclaré du médicament avait augmenté presque deux fois plus chez les personnes souffrant de dépression que chez celles qui n’en souffraient pas, selon les experts en technologie. Elle a également constaté que les deux groupes percevaient la drogue différemment.

“La perception d’un risque élevé associé à la consommation régulière de cannabis était significativement plus faible chez les personnes dépressives en 2017 que chez les personnes non dépressives, et de 2005 à 2017. La perception du risque a diminué plus rapidement chez les personnes dépressives “, affirme Renée Goodwin, auteure de l’étude et professeure à Columbia University and The City University of New York.

“En même temps, le taux d’augmentation de la consommation de cannabis a augmenté plus rapidement chez les personnes souffrant de dépression “, a également noté Renée Goodwin.

Une plus grande consommation sur les 30 derniers jours

Les participants à l’étude qui étaient déprimés et ne percevaient aucun risque lié au cannabis étaient beaucoup plus susceptibles de déclarer en avoir consommé au cours des 30 derniers jours (38,6 %) que ceux qui en avaient perçu un (1,6 %). Il est intéressant de noter que près du tiers des personnes de 18 à 25 ans souffrant de dépression étaient particulièrement sujettes à la consommation de cannabis au cours des 30 derniers jours (29,7 %).

En 2017, à la fin de la période d’étude, 18,7 % du groupe déprimé ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours du dernier mois, comparativement à seulement 8,7 % qui ne souffraient pas de cette maladie. L’étude a révélé que 6,7 % des personnes déprimées consommaient cette drogue quotidiennement comparativement à 2,7 % de celles qui n’étaient pas déprimées.

Les cannabinoïdes compensent le manque de substances chimiques dans le cerveau

Selon des chercheurs de l’Université de Buffalo, un stress constant fait en sorte que le corps humain produit moins de substances chimiques régulatrices présentes dans le cerveau, ce qui augmente les risques de dépression.

Les cannabinoïdes peuvent compléter les récepteurs endocannabinoïdes, accélérant ainsi la récupération et la croissance des tissus. En théorie, le cannabis devrait équilibrer et aligner le système endocannabinoïde, ce qui devrait soulager les personnes déprimées de plusieurs façons.

En plus de rétablir une homéostasie cellulaire saine , le cannabis offre également un certain nombre d’autres effets ; il allège l’humeur et réduit d’autres symptômes de dépression, tels que la perte d’appétit, l’insomnie et l’anxiété.

Cela dit, le lien entre le cannabis et la dépression demeure quelque peu flou. Toutefois, à chaque nouvelle étude, les scientifiques espèrent se rapprocher de la solution du casse-tête.

Tags : CannabinoïdesNeuroscienceSystème endocannabinoïdeTraitement