close
Science

Le cannabis peut-il muter dans l’espace?

Blog-Cannabis

Une entreprise enverra du cannabis en mars vers la station spatiale internationale afin de tester une mutation éventuelle.

Front Range Bioscience, une société basée au Colorado, s’apprête à envoyer des cultures de café et de cannabis vers la Station spatiale internationale (ISS). La mission a pour but de vérifier si l’apesanteur va muter ou modifier génétiquement les plantes.

Front Range Biosciences, une entreprise de biotechnologie agricole qui cultive des variétés de chanvre et de café génétiquement compatibles, s’est associée à la start-up Space Cells et à l’Université du Colorado à Boulder pour lancer plus de 480 cultures de cellules végétales dans un incubateur conçu pour l’espace. Les cultures s’accrocheront à bord d’un vol cargo SpaceX prévu en mars 2020 pour ravitailler l’ISS.

Etude de la microgravité sur la plante

Alors que la plante cannabis sativa est toujours illégale au niveau fédéral, le chanvre a été légalisé il y a un an. Le chanvre est une espèce de cannabis sans effet psychotrope.

Le chanvre est cependant utile pour la nourriture, les textiles et la captation des métaux lourds dans le sol. Il contient également de grandes quantités de CBD, une molécule dérivée du cannabis qui semble avoir de nombreuses propriétés médicinales, comme le traitement de l’épilepsie, de l’anxiété et de la douleur. Quoi qu’il en soit, le chanvre est une plante polyvalente qui pourrait avoir de nombreuses applications dans l’espace.

“C’est la première fois que quelqu’un étudie les effets de la microgravité et des vols spatiaux sur les cultures de chanvre et de cellules de café “, a déclaré Jonathan Vaught, co-fondateur et PDG de Front Range Biosciences, dans un communiqué. “La science soutient la théorie selon laquelle les plantes dans l’espace subissent des mutations. C’est l’occasion de voir si ces mutations tiennent le coup une fois ramenées sur terre et s’il y a de nouvelles applications commerciales.”

Après un mois dans l’espace, les cellules seront ramenées sur Terre afin que Front Range puisse analyser l’ADN et évaluer les effets du rayonnement et de la microgravité sur les plantes. “Nous sommes ravis d’en apprendre davantage sur l’expression génétique du chanvre et du café en microgravité et sur la façon dont elle influencera nos programmes de sélection “, a déclaré Reggie Gaudino, vice-président de la recherche et du développement chez Front Range, dans un communiqué.

S’il pourrait s’agir d’une des premières étapes vers la production d’un pot interstellaire ou d’un café, l’entreprise affirme que cela pourrait aussi avoir des applications terrestres. Dans les endroits durement touchés par le changement climatique, par exemple, elle peut aider à concevoir des cultures plus résistantes. L’an dernier, Front Range s’est associé à Frinj Coffee pour produire des plants de café qui peuvent pousser dans le sud de la Californie, ce qui n’est pas aussi facile à faire hors des pays équatoriaux comme la Colombie.

Une première tentative d’envoi dans l’espace en 2013

Bien que cette expérience sur le chanvre et le café soit unique en son genre, ce n’est pas la première fois que le cannabis est envoyé hors de la planète. Le 1er juin 2013, Seed Hub et High Times ont utilisé un ballon météo pour envoyer un joint, une petite plante de marijuana et 95 graines à près de 20 miles du sol. Mais la même année, Dale Chamberlain, un ancien botaniste de la NASA qui a aidé à construire des boîtes de culture de plantes en apesanteur, a laissé entendre que des graines de cannabis avaient peut-être déjà été introduites clandestinement dans l’ISS.

"Space Weed Bro" le premier bud intergalactique

En 2017, un dispensaire appelé Herban Planet et Sent to Space ont essayé une expérience similaire à celle de Front Range, lançant 500 grammes d’herbe aromatisée à la menthe avec un ballon météorologique. Ils testaient aussi les changements d’ADN, mais leur “colis” n’est pas resté dans l’espace très longtemps.

Plus tôt cette année, Space Tango, une société de recherche spatiale du Kentucky, a envoyé des graines de chanvre à l’ISS via une fusée SpaceX, les a ramenées sur Terre et a commencé à les cultiver. Leurs résultats n’ont pas encore été publiés.

Front Range prévoit de mener de nombreuses expériences comme celle-ci.

“À l’avenir, nous prévoyons que l’équipage récoltera et préservera les plantes à différents stades de leur cycle de croissance, afin de pouvoir analyser quelles voies métaboliques sont activées et désactivées “, a déclaré Louis Stodieck, directeur de BioServe Space Technologies à l’Université du Colorado, Boulder. “C’est un domaine d’étude fascinant qui a un potentiel considérable.”

Tags : Technologie