close
Légalisation

La Zambie approuve les exportations de cannabis pour stimuler l’économie

Blog-Cannabis

La Zambie a légalisé la production et l’exportation de cannabis à des fins économiques et médicinales, a déclaré lundi la porte-parole principale du gouvernement, devenant ainsi le dernier pays à modifier sa position sur la drogue pour donner une impulsion à ses finances.

L’autorisation d’exporter du cannabis a été accordée lors d’une réunion spéciale du cabinet le 4 décembre, a déclaré la porte-parole Dora Siliya dans une déclaration. Il n’était pas clair d’après cette déclaration si l’usage du cannabis à des fins médicales en Zambie avait été légalisé.

Le pays d’Afrique australe rejoint une multitude de pays qui ont légalisé ou envisagent de légaliser le cannabis dans une certaine mesure, afin que les attitudes changent lentement et que les investissements dans ses bienfaits médicaux augmentent.

La Zambie est motivée par un lourd déficit budgétaire et un fardeau croissant de la dette. La croissance de la dette extérieure, qui est passée de 8,74 milliards de dollars un an plus tôt à 10,5 milliards de dollars à la fin de 2018, fait craindre une crise de la dette pour le pays.

La Zambie a réduit ses prévisions de croissance pour 2019 en septembre parce que les intempéries ont affecté la production agricole et la production d’électricité, tandis que le Fonds monétaire international a déclaré que la croissance devrait rester faible à moyen terme.

Le président de l’opposition zambienne, Peter Sinkamba, qui prône l’exportation de cannabis depuis 2013, a déclaré que cette mesure pourrait rapporter jusqu’à 36 milliards de dollars par an à la Zambie.

“Selon la manière dont cela sera fait, cela pourrait tout simplement changer le visage de l’économie zambienne “, a dit M. Sinkamba à Reuters. “Cela pourrait être une bénédiction ou une malédiction, comme les diamants et l’or, selon l’orientation de la politique.”

M. Siliya a déclaré que le gouvernement avait demandé au ministère de la Santé de coordonner la délivrance des licences nécessaires tandis qu’un comité technique composé de ministres de divers ministères élaborerait des directives.

Tags : AfriqueexportationLoiPolitique