close
Science

Un nouveau laser permet de distinguer le chanvre du cannabis (THC)

Les flics confondent le chanvre au cannabis (THC) cet outil laser peut les différencier, selon une nouvelle étude

Une équipe de chercheurs a créé un “ scanner de chanvre ” qui peut déterminer le niveau de THC dans les plants de cannabis instantanément, sans endommager le produit. Bien sûr le chanvre, c’est pareil que le cannabis ! Ce qui les différencie, c’est leur teneur en THC ou CBD, l’un est interdit, considéré comme psychoactif, l’autre est encore en vente libre. Le dénominateur commun entre le chanvre et la weed est la présence de THC. Une équipe de l’université du Texas A&M a développé un des moyens de poser un diagnostique en utilisant un spectromètre portatif permettant de discerner le cannabis de ses homologues non-psychoactives avec une exactitude de 100%. Cette technologie de numérisation peut fournir une réponse instantanée !

Depuis que le chanvre industriel se légalise dans le monde, les forces de police se tracassent pour essayer de comprendre la différence entre cette plante et sa cousine hors la loi, le cannabis Sativa L dit weed. C’est en partie pour cette raison que le chanvre a été placé sous le coup de la prohibition au départ. À l’époque, les législateurs craignaient que les gens ne se servent de l’apparence d’une culture légitime pour s’en tirer en cultivant de la marijuana. Parce que, eh bien, les deux plantes sont fondamentalement les mêmes. Elles sont toutes deux d’apparence similaire et ont la même odeur. La différence est que le chanvre est défini comme ayant moins de 0,3% de THC. Cela a provoqué une véritable tempête, aussi, dans les Etats où le chanvre est légal.

La police a involontairement mis fin à des opérations de chanvre en pensant qu’elle faisait tomber des gangs de contrebandiers en perquisitionnant des magasins, pour découvrir plus tard qu’elle avait tout foutu en l’air. Cela a amené les procureurs de tout le pays à commencer à rejeter des affaires pour possession de cbd. En effet, sans tests approfondis et longs pour déterminer la différence entre le chanvre et la marijuana, il est difficile de prouver qu’un délinquant enfreint réellement la loi.

Une équipe de scientifiques du Texas, un État qui a connu sa part de gâchis à cause du chanvre légal, pense avoir trouvé une solution au problème. Les chercheurs du Texas A&M University College of Agriculture and Life Sciences affirment qu’ils disposent d’un appareil qui peut éliminer toutes les suppositions et les problèmes de laboratoire liés à l’identification du chanvre.

Utilisant un spectromètre portatif de Raman pour le dépistage de THC

Il s’agit d’un laser portatif capable de déterminer avec une “précision de 100%” si la matière végétale suspecte est du chanvre ou du cannabis contenant du THC.

Cet outil utilise essentiellement la même technologie (spectroscopie Raman) que celle appliquée depuis des années lorsque les agriculteurs doivent rapidement tester les plantes pour détecter les maladies et déterminer leur valeur nutritionnelle. Dans le cas du chanvre, les chercheurs affirment que le laser peut éclairer les structures des plantes (révélant la teneur en THCA), ce qui permettrait de montrer immédiatement aux forces de l’ordre à quelle version de la plante ils ont affaire.

“Un spectromètre Raman portatif peut être un outil idéal pour les policiers et les sélectionneurs de chanvre pour permettre des diagnostics très précis du contenu en THCA des plantes”, expliquent les chercheurs dans la revue RSC Advances.

À l’heure actuelle, le seul outil dont disposent les policiers pour faire leur travail est la chromatographie à haute pression (HPLC). Le seul problème est que ce test n’est pas utilisable sur le terrain. Les échantillons doivent être envoyés à un laboratoire, un processus qui voit souvent les affaires de drogue être reléguées au bas de la liste parce que les analystes sont généralement trop occupés à essayer d’aider à résoudre un énorme arriéré d’affaires de meurtre et de viol. La plupart des Américains ne voudraient pas qu’il en soit autrement. Après tout, c’est l’argent de leurs impôts qui est en jeu.

Mais plus que tout, ces tests de laboratoire sont un gaspillage d’argents.

“Ces tests sophistiqués sont destructeurs, prennent du temps et ne peuvent être effectués que dans des laboratoires certifiés”, ont déclaré les chercheurs au Star-Telegram de Fort Worth. “Cela retarde considérablement les délais d’analyse des substances médicamenteuses potentielles”.

Il est intéressant de noter que l’appareil peut également identifier des souches spécifiques (et leur qualité) en mesurant la teneur en THC. Un test similaire permettant aux cultivateurs de chanvre de contrôler la qualité de la CDB est également en préparation. Les chercheurs pensent qu’en permettant aux agriculteurs de voir exactement la quantité de CBD présente dans leurs cultures, cela leur permettra d’obtenir un prix équitable lorsque le moment sera venu de commercialiser ces plantes.

“Nos collègues, les agriculteurs, ont été positivement surpris que nous puissions identifier la variété avec une précision de 98%”, a déclaré Dmitry Kurouski, Ph.D., professeur adjoint de biochimie et de biophysique à Texas A&M, à Science Daily. “Cela les a époustouflés”.

En conclusion, les résultats démontrent clairement que la spectroscopie Raman peut être utilisé pour la détection et l’identification confirmatives, non invasives et non destructives du cannabis. Nous avons montré que la spectroscopie Raman permettait une différenciation très précise entre le cannabis et le chanvre et la prédiction de la variété de cannabis. En raison de la nature portable de notre analyse, cette approche spectroscopique sera très avantageuse pour la police et les agents de contrôle des frontières. En outre, ces résultats démontrent que RS peut être un excellent outil pour la culture et la sélection du chanvre permettant une détection précise des niveaux de THCA dans les plantes en croissance intactes.

Pour l’instant, les forces de l’ordre vont continuer à se battre. Et malheureusement, cela signifie que davantage de personnes seront traînées en prison par erreur. Bien que ce dispositif puisse éventuellement leur faciliter la tâche, il faut encore faire des recherches avant que cela ne soit garanti. Il faudra peut-être encore trois ans avant que ces dispositifs ne soient produits en masse. Il faut donc s’attendre à ce que ce problème s’aggrave avant de s’améliorer.

Tags : ChanvrepoliceProhibitionRechercheTechnologieWeed