close
Business

Au milieu des auto-quarantaines COVID-19, des rapports indiquent une augmentation des ventes de cannabis au Canada

Les clients d’une boutique vendant du cannabis observent les vitrines, à Toronto PHOTO / REUTERS / Moe Doiron

Une grande partie du monde est en confinement mais le cannabis est au top des ventes

Avec une grande partie du monde se retirant dans une période indéfinie d’auto-isolement, certains bars et restaurants se préparent à un énorme coup financier. Mais l’industrie du cannabis continue de bourdonner, au moins au Canada, où les ventes de marijuana ont connu une hausse pendant la crise entourant COVID-19.

La Presse Canadienne rapporte que le Cannabis Store de l’Ontario “a reçu près de 3 000 commandes samedi, une augmentation de 80% par rapport à un samedi moyen”. 

Le porte-parole du magasin, Daffyd Roderick, a déclaré au magasin que «les trois derniers jours ont entraîné une augmentation du volume des ventes sur OCS.ca et une forte demande de livraison le jour même et le lendemain».

De même, la Société québécoise du cannabis, une autre entreprise de marijuana, a déclaré à la Presse canadienne que ses ventes avaient également augmenté ces derniers jours.

Malgré le déclenchement de l’état d’urgence en Ontario, le Cannabis Store de la province est resté ouvert, une décision qui n’est pas restée sans controverse. La Régie des alcools de l’Ontario est également restée ouverte, disant aux clients qu’elle «a amélioré nos protocoles de nettoyage et d’assainissement dans nos magasins et entrepôts et a sensibilisé davantage notre personnel à la prévention». 

Le Canada a légalisé l’usage récréatif de la marijuana à l’automne 2018, se joignant à l’Uruguay comme seul autre pays à autoriser la marijuana récréative à l’échelle nationale; la réforme a également fait du Canada le premier pays industriel au monde à adopter la légalisation.

Le changement de politique a été poussé par le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a déclaré en 2018 qu’il était «trop facile pour nos enfants d’obtenir de la marijuana – et pour les criminels de récolter les bénéfices». Lorsque la loi est entrée en vigueur officiellement en octobre dernier, les Canadiens ont célébré en faisant jaillir des joints et en formant de longues files devant les magasins de poterie récemment ouverts.

Mais un an après la légalisation, le marché réglementé des mauvaises herbes au Canada avait du mal à suivre le rythme du marché illicite, avec des ventes de marijuana légale totalisant 1 milliard de dollars au cours des 12 premiers mois, comparativement à 5 et 7 milliards de dollars de revenus générés sur le marché non réglementé.

La résilience du marché illicite de la marijuana n’est pas unique au Canada. En Californie, où le pot récréatif a été légalisé en 2016, le marché non réglementé reste également robuste.

hightimes.com

Tags : CanadaCoffee ShopcoronavirusDispensaire